création 2022/2023

LE MÉRITE

de Mélanie Leray et Maëlle Puéchoultres

Cette pièce raconte la rencontre de Bachir, un jeune garçon fin et brillant, mais venant d’un milieu populaire et réticent aux cadres institutionnels, et de Sophonie Desnoues, toute jeune professeure de mathématiques titularisée en collège, engagée et idéaliste.

De 2022 à 2038, d’aujourd’hui à un futur proche, les deux personnages échangent, discutent et s’affrontent, tentent de peser dans la vie l’un de l’autre, et font miroiter l’importance des évolutions de l’école sur la vie, les croyances, et l’évolution personnelle et sociale de chacun.

Comment un même système éducatif, son modèle et ses valeurs, ont participé à forger le parcours de vie d’un jeune homme, et comment ses transformations et ses dérives ont influencé la carrière d’une jeune femme.

Un spectacle disponible sous deux formes,
une forme ultra légère hors les murs et une forme pour les théâtres

Une fiction ancrée dans le réel

Entretien avec le critique dramatique Hugues Le Tanneur

 

 

À partir d’un travail d’enquête et d’ateliers en milieu scolaire (pour en savoir plus : Le Cœur), Mélanie Leray et Maëlle Puéchoultres ont entrepris avec « Le Mérite » l’écriture d’une pièce confrontant au fil des années un élève issu d’un milieu défavorisé et sa professeure de mathématiques pour qui l’enseignement est plus qu’un métier, un engagement politique.

 

Ce projet écrit à deux s’appuie sur un important travail de recherche dans les écoles auprès des élèves et des enseignants. D’où est venu ce désir de créer une pièce qui interroge le rôle de l’éducation scolaire dans la société d’aujourd’hui ?
 

Mélanie Leray : Pendant le confinement, j’ai eu envie de parler de l’école. On est tous passé par là. En même temps je voulais travailler en tandem avec quelqu’un qui ne soit pas de ma génération et j’avais envie d’un projet d’écriture. J’ai fait la connaissance de Maëlle Puéchoultres par une amie commune. On s’est parlé pendant un an avant de se rencontrer. La pièce s’inscrit dans un projet plus large d’action culturelle que je mène avec la compagnie. Mais dès le départ mon idée était de déboucher sur une création. Le projet a démarré avec des ateliers dans un collège, lycée, université et des entretiens auprès d’enseignants et d’élèves qui ont nourri notre travail d’écriture et enrichi notre réflexion sur les enjeux de l’éducation aujourd’hui.

 

Votre pièce a pour titre Le Mérite. Comment cette notion est-elle apparue dans votre réflexion ? Et comment la situer par rapport à cette question du déterminisme social que vous venez d’évoquer ?
 

Maëlle Puéchoultres : C’est venu de ma lecture du livre d’Yves Michaux, Qu’est-ce que le mérite ?, où il interroge l’histoire de cette notion. À l’origine la notion de mérite s’inscrit dans un contexte religieux. C’est une notion morale. Elle sera ensuite reprise comme une valeur républicaine. Le problème, c’est de savoir ce à quoi fait vraiment référence ce mot « mérite ». Quel est le rapport entre ce qu’on entendait par « mérite » dans l’Ancien Régime et ce qu’on veut dire aujourd’hui quand on parle de mérite. On ne trouve pas d’autre mot à mettre à la place. Quel est le rapport entre les notions de « mérite » et de « réussite », par exemple. On sait que pour le publicitaire Jacques Séguéla, posséder une montre Rolex est la preuve qu’on a réussi sa vie. Or on ne peut pas limiter la réussite au seul aspect financier. Le mérite, c’est peut-être : à quoi ai-je droit ?

 

Mélanie Leray : Quand on pose la question à des élèves en classe de quatrième, le mérite, et donc la réussite, c’est l’argent. Ce que j’ai découvert au cours de mes recherches dans l’école publique, c’est qu’entre la sixième et la quatrième, les enfants changent beaucoup. En sixième, quand on leur pose des questions, ils disent vraiment ce qu’ils pensent. En quatrième, ils sont formatés. Ils fonctionnent sur le modèle de la meute. C’est-à-dire qu’on ne pense pas par soi-même mais en référence à un chef dont on reproduit les attitudes et les points de vue.

 

Comment les professeurs abordent-ils cette notion de « mérite » ? Et plus largement comment voient-ils leur mission ? L’école publique est-elle toujours le lieu où une chance est donnée au plus nombre de réussir ?
 

Mélanie Leray : L’école publique est toujours le lieu où l’on travaille à réduire les inégalités, à donner sa chance à chaque élève. Mais l’école, c’est aussi le lieu des inégalités. Souvent les professeurs ne se sentent pas soutenus dans leurs efforts. Ils ont beau avoir la vocation et s’impliquer, cela demande beaucoup d’énergie quand le contexte est difficile. C’est un métier très dur où l’on manque de reconnaissance.

 

Ce qui nous amène à la pièce qui confronte une professeure et un élève en suivant leurs itinéraires respectifs sur plusieurs années. Qui sont-ils ?

Mélanie Leray : La pièce est en cours d’écriture. Elle met en scène le rapport forcément décalé entre une jeune professeure et un élève brillant issu d’un milieu défavorisé avec des doutes sur lui-même. On les retrouve à différents moments de leur vie (entre 2022 et 2038).

 

Maëlle Puéchoultres : Ce ne sont pas seulement une professeure et son élève, ce sont deux personnes que l’on découvre non seulement dans le contexte de l’école mais aussi d’un parcours de vie. C’est là que se pose la question du mérite. Question à laquelle nous n’apportons pas de réponse parce qu’au fond nul ne sait exactement ce qu’on entend par ce mot de « mérite ». En revanche, le fait de les suivre l’un comme l’autre, permet d’apprendre que la prof a eu un enfant, qu’elle s’interroge à son tour sur ce qu’elle attend de l’école pour son enfant, mais aussi sur la place de la maternité dans la vie professionnelle d’une femme. Le fait de les voir à différents moments de leur parcours offre la possibilité de nous projeter dans le futur et de mettre notre questionnement sur l’école publique en perspective.

2021-2022

 
Ateliers et entretiens
Entretiens à l’Université de Nantes – septembre 2021
Atelier à l’école de la deuxième chance de Caen – décembre 2021

© Ouest-France

Restitution des ateliers et des entretiens – théâtre national de Bretagne – Mai 2022

DATES

LE MÉRITE

CRÉATION 2022

de Mélanie LERAY
et Maëlle Puéchoultres

Avec le soutien de la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon – Centre national des écritures du spectacle 

DISTRIBUTION

Mise en scène Mélanie Leray
 
Avec Anouar Sahraoui, Olivia Mabounga
 
CRÉATEUR LUMIÈRE François Menou

PRODUCTION

Compagnie 2052
 
Coproduction
La Comédie de Caen
 
Avec le soutien du TU-Nantes

TOURNÉE

SAISON 2022-2023
0%